.

Publié le par bi-polaire



dénudant mon coeur ensommeillé
les larmes ruissellent des chairs meurtries
du supplice de mon corps prisonnier
sous la tiédeur de ma peau endormie



une vague écumante d'émoi
innonde mon sang d'un flot palpitant
sous les eaux pures où les démons se noient
emportés par les floraisons du temps


il s'écoule ivre de fièvre
léchant les spasmes du feu révélé
brulures d'un frolement de lèvres
torpeur évanouie des chairs dévoilées
Laurence FOIX
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article